Restaurant bistronomique à Bruxelles

LE LIEU

Le comptoir des galeries a pris lieu et place des anciens ateliers Hart, fournisseurs de la Maison du Roi, auteurs de la médaille de la Constitution belge. Le Comptoir s’ouvre sur un restaurant de 60 couverts. Composant à quatre mains l’architecture et la décoration, le duo Fleur Delesalle / Camille Flammarion a imaginé un lieu avec cuisine ouverte, invitant, lumineux et confortable, s’articulant en plusieurs salles et deux niveaux autour d’un patio planté.
Les tables en bois, les deux bars habillés de céramique et les plafonds aux caissons géométriques se prolongeant dans les miroirs, font l’identité du lieu.
L’immense balancier et le matériel de presse des anciens ateliers sont restés intacts, et remis en beauté dans les coins salons.

RÉSERVATION

RÉSERVATION

https://www.comptoirdesgaleries.be/
juin 2024
lun mar mer jeu ven sam dim
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Privatisation à partir de 35 personnes.
Formules de groupe disponibles dès 10 personnes.

Mentionnez vos allergies et intolérances alimentaires si vous le souhaitez par retour de mail lors de la confirmation de réservation, ou plus simplement par téléphone, mais rappelez impérativement votre allergie à notre maître d’hôtel lors de la prise de commande.

Une rue pavée du centre, au croisement de la galerie Royale, Bruxelles.

La discrétion. Sans la petite carte sur le mur en brique ou les lettres vertes sur le verre des vitres, on aurait même pu passer à côté. Du bois et de la céramique design avec de belles lignes de fuite où les regards s’absentent. Des salles aux plafonds hauts qui font la farandole à une terrasse végétale. Une longue cuisine aux baies vitrées. Une belle lumière. Tout est serein. Le chef nous a perçus du coin de l’oeil. Je ne sais pas pour les autres, mais j’ai l’impression qu’il va me proposer exactement ce dont j’ai envie. Je ne sais même pas pourquoi mes trois amis regardent la carte. Pas mal ces vins. Va pour le chardonnay en biody. C’est quoi ce truc immense au fond ? Une presse à médaille ? … D’accord. Les autres posent des questions sur les lithos de Delaunay et la cabane de Buren en mezzanine. J’irai plus tard… ils commencent à bien danser en cuisine, c’est beau à voir. Quel ballet ! – Si on allait au cinéma des Galeries, juste après ? Je suis le seul à suivre le fil de mes idées. Ils ont l’air de vouloir rester scotchés sur leur banquette et parler, parler. Heureusement, les entrées arrivent. Gros silence. Qui ne va pas durer. »